Bonjour, Aanii, Hello,

Je tiens tout d’abord à rappeler que nos étudiants et leur expérience tout au long de leurs études postsecondaires sont la priorité numéro un de l’Université Laurentienne. Les professeurs et le personnel sont au cœur de l’expérience vécue par les étudiants.

Je vous adresse aujourd’hui un message difficile, quoique tout de même optimiste. L’Université Laurentienne a entamé une procédure de restructuration sous supervision judiciaire en vertu de la réglementation fédérale. Cela ne changera rien aux activités quotidiennes de l’Université, pas plus qu’à l’expérience d’apprentissage qui définit notre établissement. Toutes les décisions qui sont prises continueront d’être prises dans le cours ordinaire et seront prises dans l’intérêt de ceux qui comptent sur nous pour offrir une éducation de qualité.

Depuis sa fondation en 1960, La Laurentienne s’attache à offrir un enseignement de qualité supérieure à la collectivité de Sudbury et du Nord de l’Ontario. Notre réputation d’université de premier plan continue de s’étendre dans le Nord de l’Ontario, tout comme notre reconnaissance à l’échelle internationale. Notre taux de diplomation est parmi les meilleurs de la province.

Malgré cette longue histoire de succès, un certain nombre de développements au cours de la dernière décennie ont mis une pression accrue sur la santé opérationnelle et financière de l’Université. Ces difficultés sont de plusieurs ordres, comme des déficits récurrents, le déclin démographique enregistré dans le Nord de l’Ontario, la fermeture du campus Barrie en 2019, la réduction et le gel des frais de scolarité des étudiants canadiens imposés en 2019 et, plus récemment, une augmentation des coûts et une diminution des recettes dues à la pandémie.

Comme nous vous l’avons déjà dit, nous faisons face à des défis financiers sans précédent, et notre santé financière est actuellement parmi les plus fragiles de la province en comparaison aux autres universités. Nous avons l’intention d’y remédier.

Malgré tout ce que nous avons tenté l’année dernière, la Laurentienne est en situation d’insolvabilité. C’est un problème qui peut être réglé et qui le sera si tous les protagonistes collaborent à la concrétisation d’une vision intégrant un fonctionnement financièrement viable.

Après mûre réflexion et à l’invitation du conseil des gouverneurs, l’Université a décidé aujourd’hui d’entamer une procédure de restructuration en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), qui lui permettra de se réorganiser sur les plans financier et opérationnel tout en continuant de fonctionner à tous les égards.

Dans le cadre de la procédure applicable en vertu de la LACC et à la demande de l’Université, c’est le cabinet Ernst & Young Inc. qui a été nommé contrôleur par le tribunal. Le rôle du contrôleur consiste, entre autres, à aider à formuler et à mettre en œuvre notre plan de restructuration sous la supervision du tribunal.

Selon nos prévisions, la première étape, et l’étape la plus critique, de ce processus prendra environ trois mois, au terme desquels nous devrions disposer d’un cadre restructuré proposant une démarche viable et claire. Nous savons que vous aurez beaucoup de questions. Nous ferons preuve de transparence et chercherons à répondre au plus grand nombre de questions possibles, le plus rapidement possible, au cours du processus. À cet égard, nous communiquerons souvent avec vous au cours des mois qui viennent pour vous informer des mesures que nous prendrons et, espérons-le, des progrès accomplis. Entre temps, on pourra consulter le bilan le plus récent sur notre site Web : www.ulaurentienne.info.

Tous les documents déposés par les protagonistes de la procédure entamée en vertu de la LACC, dont l’ensemble des rapports adressés au tribunal par le contrôleur, Ernst & Young Inc., pourront être consultés sur le site Web du contrôleur : https://www.ey.com/ca/Laurentian

Je n’ignore pas que cette période risque d’être stressante et source d’incertitude pour tout le monde. J’invite ceux qui auraient besoin d’aide à cet égard à s’adresser à nos services de santé mentale.

Je m’engage à travailler fort pour mener à bien ce processus et pour veiller à ce que la région Laurentienne continue de fonctionner sur des bases financières solides pendant de nombreuses années.

Merci, Miigwech, Thank you,

Robert Haché, Ph.D
Recteur et vice-chancellier